Focus : le Minimalisme

De plus en plus en vogue ces dernières années, le minimalisme est un mode de vie dans lequel “l’être” est privilégié à “l’avoir”. Popularisé (entre autres) par le documentaire Netflix “Minimalism : A documentary about the important things”, le minimalisme se base sur le principe de cultiver les expériences avant les possessions. Ainsi, les adeptes du mouvement cherchent à s’extraire d’une société de consommation qui nous pousse à acheter des choses dont nous n’avons pas réellement besoin.

Le mot d’ordre du minimalisme ? “Less is more” (comprendre “le moins est le mieux”). Cette recherche de simplicité se retrouve dans tous les aspects de la vie quotidienne : habillement, cuisine, ameublement et même vie numérique, où l’on privilégiera toujours la fonctionnalité au superflus.

Dans l’objectif de combattre l’idée de surconsommation, le minimaliste cherche à se recentrer sur les “vraies richesses” qui, pour lui, ne sont pas matérielles. Souvent, on associe au minimalisme des activités telles que la méditation, l’introspection et le détachement aux choses. Les expériences et le partage sont préférées à des activités que l’on pourrait qualifier de passives (comme regarder la télévision ou perdre son temps sur les réseaux sociaux, par exemple)

Au-delà d’un certain nombre d’avantages d’ordre purement pratique (comme l’absence de désordre ou le ménage rapide), ce mode de vie offre une véritable liberté via un détachement aux choses matérielles. Une liberté de temps -moins de possession signifie moins de tracas ou d’entretiens- souvent associée à une meilleure productivité (dans le bon sens du terme)

Comment devient-on minimaliste ?

Le déclic découle souvent d’un constat. La personne a tout ce dont elle a besoin voire plus mais n’est pas heureuse dans sa vie personnelle ou professionnelle. Arrive alors “l’épiphanie”, sous forme d’une lecture, d’un documentaire ou d’une recommandation amicale. C’est ce que mettent en avant les protagonistes du documentaire netflix dans cette conférence Ted Talk. ( liens ted talk).

Être minimaliste, ce n’est pas uniquement le fait de vivre avec 100 ou 200 objets. Bien que certaine personnes vivent avec aussi peu d’objets, la philosophie va au delà. Elle peut se résumer en quelques concept clés qui permettront aux intéressés de franchir le pas au fil du temps :

  • Faire un tri de ce que l’on possède au départ et refaire un tri de temps en temps. Vendre / donner / recycler le surplus d’affaires
  • Ne garder que les objets utiles et qui apportent réellement du bonheur ( cf livre marie kondo “ la magie du rangement)
  • Privilégier l’usage à la possession, dans le sens où il est préférable de louer ou d’emprunter un objet dont l’usage serait ponctuel (une tente de camping, des outils de bricolage, etc.)
  • Acheter en qualité plutôt qu’en quantité. Par exemple, on préférera acheter une chemise de bonne facture un peu plus haut de gamme en lieu et place de plusieurs chemises à bas prix.
  • Eviter l’achat “sur un coup de tête” et plutôt se laisser le temps de réfléchir avant chaque achat. Personnellement, lorsque l’achat n’est pas urgent je prends toujours deux semaines de réflexion, ce qui me permet le plus souvent d’oublier l’envie d’acheter l’objet en question ! 😉

Les avantages :

  • Un réel gain de temps : moins de ménage, mais aussi de préoccupations pour nos affaires.
  • Moins de stress dans la vie quotidienne. Lorsque notre dressing est minimaliste on pense beaucoup moins à comment est-ce que l’on va s’habiller !
  • Une économie d’argent certaine, car on va à l’essentiel.

Si ça t’intéresse et que tu aurais envie de sauter le pas, c’est par là ! ( lien vers le blog minimalist étudiant http://www.minimalstudent.com/ en anglais)